04 février 2011

Museum Negara, la suite

Pour ma deuxieme presentation, j'ai choisi de parler du symbolisme dans les ceramiques.
Pour les Nyonyas, les dames Peranakan, les phoenix et les pivoines possedent un pouvoir symbolique.
Le Phoenix, qui peut renaitre de ses cendres represente la foi en l'avenir, et montre que l'on peut surmonter l'adversite et repartir sur de nouvelles bases.
Il est aussi le symbole de l'harmonie conjugale.
Et la pivoine alors? c'est la beaute feminine, l'elegance, la noblesse, le rafinement de la maisonnee, et c'est aussi, quel hasard! l'amour eternel.
Alors je me demande ce que devait penser la petite jeune femme Nyonya du 18 eme siecle jusqu'a il y a peu quand elle voyait arriver dans sa maison la deuxieme epouse, puis la troisieme epouse, plus une ribambelle de concubines, a quoi pouvait bien lui servir tous ses phoenix et ses pivoines?
l'harmonie conjugale et l'amour eternel, c'est pour Monsieur, peut etre.
Voila un tres joli bol, aussi de la dynastie Ching, comme le plat Nyonya, on l'appelle le carre magique. C'est un bol d'une maison musulmane.
Comme l'Islam ne permet pas de representer des images d'homme, d'animaux,ou de choses vivantes, les artistes montrent leur art au travers des figures geometriques de toutes formes et associees les unes avec les autres, et aussi a travers la calligraphie.

C'est juste pour montrer et expliquer une toute petite partie de ma deuxieme presentation, elle etait un peu mieux developpee que la premiere, mais j'etais encore trop stressee et pas assez sure de moi a mon idee, meme si j'ai eu des compliments.
Nous voici ici sur la Place de la Liberte a Kuala Lumpur, dans le centre, on l'appelle Merdeka Square, nous avons une conference in situ sur la creation de la ville.
Cette ville n'existait pas il y a 200 ans, ce sera le sujet d'un futur billet comment elle est devenue une tres belle et moderne capitale.
(ca, bien sur, les ruines gallo-romaines laissent a desirer! mais j'ai mon compte dans mon Garden de France)
Kuala Lumpur, le mot malais pour confluent boueux, voici exactement ou se rejoignent, a gauche la riviere Gombak, a droite la riviere Klang, imaginons la jungle marecageuse, les premiers hommes arrivent en barque, ils commencent a exploiter l'etain.
Les moustiques, la malaria, l'absence totale de confort leur rendent la vie tres dure.
Et la ville a pousse comme un champignon, voici les premieres maisons des marchands place du marche. Et c'est l'epoque coloniale,ce petit campement de mineurs est bientot choisi par les anglais comme centre administratif et de Capitale.

4 commentaires:

Tifenn a dit…

Je vais suivre tous tes billets avec attention :-)

by Kitem a dit…

Ecoute, Tifenn, je trouvais que ce billet etait archi-nul, je m'appretais a le changer quand j'ai vu ton commentaire, alors merci, mais franchement je trouve que ca n'a ni queue ni tete ce que je raconte, et la fin? il n'y a pas de fin, et il y a trop de bla-bla, pff, je trouve que j'ai perdu ma verve bloguesque, c'est juste ce que je viens de dire a Helene sur MSN a son boulot.

Libellule a dit…

à travers ces postes, je découvre un monde que je connaissais peu.

C'est fascinant d'être sur un lieu et d'imaginer l'histoire qui y a vécu avant nous.

Ce qui me frappe par l'art musulman est le choix de la géométrie. Beaucoup de cultures choisissent des animaux pour représenter des idées abstraites ou symboliques: des êtres différents de nous mais qui existent dans une forme vivante et visible devant nous. Le choix de la géométrie souligne l'abstrait encore représenté par l'abstrait: des signes et symboles non-animés qui représentent des idées, elles aussi, abstraites.l'exactitude de leur mise ensemble doit aussi suggérer encore autre chose. Cet art est très poussé intellectuellement, complexe et très philosophique, je trouve.

Mais l'histoire des phoenix et des pivoines ... ça vaut la peine, je pense, de chercher des études faites sur l'analyse de cette harmonie conjugale que tu as soulignée. Il semblerait bien qu'elle soit dictée du point de vue de l'homme. Mais, quelle était l'harmonie vue par la femme? je me demande ce qui se passait dans la tête des femmes de cette époque. La littérature nous montre peu, et toujours depuis le point de vue des hommes.

Très intéressant! Merci!

Tifenn a dit…

A chaque fois, tu poses des questions qui sont interessantes, ton regard d'occidentale sur cette civilisation que tu apprends à connaître par la bonne porte, si j'ose dire, l'histoire.
J'ai lu il y a quelque temps deux romans de Lisa See, "Le pavillon des pivoines" et "Fleur de neige" et j'ai adoré, parce que j'ai eu l'impression d'entrer dans un autre monde et que c'est une façon d'avoir les clés pour comprendre le monde d'aujourd'hui.
Quand je lis ton blog c'est cette impression que j'ai.
Voilààà :-)